20 questions avec la princesse va au musée des papillons : sur l'astrologie et l'abandon des giroflées pour sortir avec Natalie Merchant

  La princesse va au musée des papillons La princesse va au musée des papillons

Il y a une sorte de théâtralité palpable dans la musique de Princess Goes to the Butterfly Museum. Ce n'est pas un accident.

Le trio basé à New York - le chanteur Michael C. Hall et les instrumentistes Peter Yanowitz et Matt Katz-Bowen - se sont rencontrés alors qu'ils se produisaient ensemble à Broadway en Hedwige et le pouce en colère .

Depuis qu'ils se sont gélifiés sur cette production puis se sont réunis pour faire de la musique, les gars ont fusionné leur amour du rock (Katz-Bowen a joué des claviers pour Blondie depuis 2008, tandis que Yanowitz a joué de la batterie pour The Wallflowers et Morningwood et Hall a joué David Bowie dans la production de Broadway. de Lazare ) et de la musique électronique dans la veine des tenues des années 80 comme Eurythmics dans le son spacieux, souvent maussade, 'rocktronic' entendu sur leur premier album de février, Merci d'être venu .



  La princesse va au musée des papillons

Le single le plus récent de ce LP est le clairsemé, effrayant et percutant 'Nevertheless', dont la vidéo trouve Katz-Bowen et Yanowitz coincés dans une simulation numérique tout en étant tourmentés par Hall, qui offre la même saveur sinistre que dans son rôle d'évasion en tant que tueur en série titulaire dans l'émission à succès du milieu des années 2000 Dextre . (Voir les images exclusives des coulisses de la réalisation de cette vidéo ci-dessous.) Hall ramènera le rôle dans la reprise de la série, Dexter : sang neuf , qui sera diffusée le 7 novembre sur Showtime.

Ce rendez-vous télévisé aura lieu une semaine après que Princess Goes to the Butterfly Museum (un nom imaginé par la jeune fille de Katz-Bowen) ait présenté une paire de spectacles au Mercury Lounge de New York les 30 et 31 octobre, où leur penchant pour la théâtralité sera en force pour le week-end d'Halloween. Le groupe lance alors une tournée européenne de 16 dates fin novembre.

Ici, le trio réfléchit sur leur nom, leurs influences, leur astrologie et plus encore.

1. Où êtes-vous dans le monde en ce moment, et quel est le cadre ?

Michael C. Hall : Je suis dans mon appartement à New York. Assis près de la fenêtre, écoutant le vent violent.

2. Quel est le premier album ou morceau de musique que vous avez acheté pour vous-même, et quel était le support ?

Salle: Styx 's Pierre angulaire . Deuxième année. Vinyle avec le dépliant.

3. Quel est le cadre idéal pour écouter votre musique ?

Hall : Tout endroit où il est sûr de fermer les yeux.

4. Qu'y a-t-il d'autre à l'intérieur de ce musée des papillons ?

Hall : Un sous-sol. Puits de lumière du grenier. Et une aire de restauration.

5. Et qui, exactement, est la princesse ?

Hall : Celui que tu veux qu'elle soit.

6. Vous faites tous partie d'autres groupes et projets. Quel est le secret pour jongler avec plusieurs concerts à la fois ?

Hall : Vivre dans la même ville aide. Se retrouver, c'est comme rentrer à la maison.

7. Qui a été votre plus grand mentor et quel a été le meilleur conseil qu'il vous ait donné ?

Hall : Maman - 'Continue à te montrer.'

8. Quelle a été la première chanson que vous ayez faite ?

Matt Katz-Bohen : Ça s'appelait 'New York in the Rain', j'avais 6 ou 7 ans, sur un Casiotone.

9. Si tu devais recommander un album à quelqu'un qui souhaite se lancer dans la musique électronique, que lui donnerais-tu ?

Katz Bohen : Kraftwerk , L'homme-machine et Eurythmique ' Toucher.

10. Quelle est la première émission de musique électronique qui vous a vraiment époustouflé ?

Katz-Bohen: Split Me Wide Open, NYC, 2002.

11. Quelle est votre musique de plaisir coupable ?

Katz-Bohen : Maison européenne du milieu des années 2000.

12. Quel est le moyen le plus efficace de ne pas s'épuiser en tournée ?

Katz-Bohen : Conversations avec ceux que vous aimez.

13. Terminez cette phrase : la chose la plus excitante qui se passe dans Danse la musique en ce moment est _____.

Katz Bohen : Bombe Stéréo .

14. À quoi ressemble le succès pour vous ?

Peter Yanowitz : Le succès ressemble et se sent comme en ce moment. Je ne veux pas avoir l'air satisfait de moi-même ou quoi que ce soit, mais continuer à faire ce que j'aime avec les gens que j'aime, c'est... réussi, surtout dans une industrie qui devient de plus en plus difficile à gagner sa vie chaque année. Le succès est ce que vous faites de et je ne changerais rien à Princess Goes to the Butterfly Museum et au parcours que nous avons tracé.

15. Que faisaient vos parents dans la vie quand vous étiez enfant, et que pensent-ils de ce que vous faites dans la vie maintenant ?

Yanowitz : Mon père Frank est un pianiste et compositeur de jazz badass. Il était également cardiologue pour son travail de jour. Maintenant qu'il est à la retraite, il se consacre à plein temps au jazz et à la randonnée. Ma mère Betty avait un doctorat en psychologie et elle s'est concentrée sur la psychologie scolaire. Mes deux parents aiment ce que je fais et m'ont incroyablement soutenu tout au long de ma vie créative. J'ai la chance de les avoir dans mon coin.

  Les giroflées

16. Quelle est la première chose non matérielle que vous vous êtes achetée lorsque vous avez commencé à gagner de l'argent en tant qu'artiste ?

Yanowitz : J'ai acheté une Ford Bronco de 1968 à un surfeur de L.A. quand j'étais dans The Wallflowers. J'ai toujours aimé les vieux instruments, les batteries, les basses, etc., mais c'était la première voiture ancienne que j'ai achetée, et la dernière ! Je l'ai toujours et je la roule toutes les semaines. Il se trouve dans un garage à Soho. Vous pouvez le voir en vedette dans la vidéo de Princess Goes to the Butterfly Museum pour ' Suite Armageddon .”

17. Votre musique semble être un amalgame de quelques styles différents. Quelles sont vos plus grandes influences ?

Yanowitz : Personnellement, je suis influencé par des tonnes de choses différentes. Quand je grandissais, c'était les disques de jazz de mon père et les disques des Beatles et de Simon et Garfunkel de ma mère qui remplissaient principalement la maison de musique. Aussi des enregistrements de comédie musicale de Broadway comme Cheveux et même Spectacle d'images d'horreur rocheuse . J'ai pris des cours de batterie au centre commercial et j'ai dû apprendre à jouer de la batterie pour Rush, Boston, Led Zeppelin et Black Sabbath. Alors j'adore tous ces vieux trucs. Plus récemment, j'ai été obsédé par un groupe d'Osaka, au Japon, appelé The Boredoms, et plus particulièrement par leur chef-d'œuvre. Vision Création Newsun , c'est la chose la plus proche de la prière musicale que j'ai trouvée. Je suis influencé par des groupes électroniques comme Justice, Daft Punk, des groupes arty comme Low et Khrungabin - oh, et tous mes classiques rock/pop 45 tours me font avancer.

18. Quelle est la chose que vous aimeriez que vos fans sachent à votre sujet ?

Yanowitz : Je suis un soleil Vierge, une lune Capricorne, un Ascendant Capricorne. J'adore les animaux et j'ai été végétarienne presque toute ma vie. J'aime la peinture et la photographie, et je fais beaucoup des deux. J'aime ma femme rockstar Lisa, qui étudie à NYU pour devenir sage-femme. Je serais perdu sans elle. Pour un batteur qui aime battre la merde vivante de ma batterie, je suis une âme très sensible et je peux vraiment ressentir l'énergie dans une pièce.

  Nathalie Marchand

19. Quelle est la meilleure décision commerciale que vous ayez jamais prise ?

Yanowitz : J'ai quitté The Wallflowers juste avant leur énorme album sur Interscope intitulé Faire tomber le cheval . J'étais un membre à part entière du groupe et j'avais beaucoup à gagner - mais je suis parti, tout cela parce que je suis tombé amoureux de Nathalie Marchand et elle m'a demandé de déménager à New York et de commencer à travailler sur ce qui deviendrait Tigerlily , un disque que nous avons coproduit ensemble et qui s'est vendu à cinq millions d'exemplaires.

Quitter The Wallflowers, un groupe auquel je n'appartenais pas, pour déménager à New York, était en fait une décision facile. À la fin de la journée, je pars toujours avec amour. Natalie et moi avons fait trois disques avant de nous séparer, et ce n'est qu'après cela que j'ai commencé à écrire et à produire ma propre musique. Natalie m'a beaucoup appris et m'a ouvert à ma propre créativité. Cela m'a également amené à New York, ma maison à ce jour, où j'ai l'impression que la magie peut encore se produire à chaque coin de rue. En fait, j'habite entre la 5ème avenue et '6th Avenue Heartache'.

20. Un conseil que vous donneriez à votre jeune moi ?

Yanowitz : Investissez dans Apple.

A Propos De Nous

Actualités Du Cinéma, Émissions De Télévision, Bandes Dessinées, Anime, Jeux